Mort de l’ambassadeur italien en République démocratique du Congo : Rome demande des comptes

Posted On 25 Feb 2021
Comment: Off

Deux jours après la mort du diplomate, l’Italie a dépêché une équipe d’enquêteurs en RDC et pressé l’ONU de faire la lumière sur ce qu’il s’est passé.

Deux jours après la mort du diplomate italien dans l’attaque d’un convoi du Programme alimentaire mondial (PAM) en République démocratique du Congo, l’émotion reste vive dans le pays. Mais pas seulement. De nombreuses questions demeurent également. Le pays veut des réponses et le plus rapidement possible. Le chef de la diplomatie italienne Luigi Di Maio n’y est pas allé par quatre chemins en réclamant à l’ONU et au PAM l’ouverture d’une enquête pour faire la lumière « sur ce qui s’est passé » et plus précisément sur « les raisons justifiant le dispositif de sécurité mis en place et à qui incombe la responsabilité de ces décisions », a-t-il dit devant les députés.

L’Italie en deuil et en colère

L’émotion qui traverse le pays se comprend : Luca Attanasio était le plus jeune diplomate d’Italie. Il est décédé avoir été blessé par balles lorsque le convoi du PAM dans lequel il circulait a été pris dans une embuscade dans la province du Nord-Kivu (est), près de la frontière avec le Rwanda. Son garde du corps italien, le carabinier Vittorio Iacovacci, et un chauffeur congolais du PAM, Mustapha Milambo, ont aussi été tués. C’est pour mieux comprendre ce qu’il s’est exactement passé que Luigi Di Maio a réclamé « le plus rapidement possible, des réponses claires et exhaustives », a-t-il ajouté.

Une équipe dépêchée sur place aux côtés de l’ONU et du PAM

Le Nord-Kivu est considéré comme une des zones les plus dangereuses de la RDC, à la lisière du parc national des Virunga. Toutefois, selon des responsables humanitaires, la route sur laquelle circulait le convoi ne nécessitait pas d’escorte. Ces affirmations semblent cependant insuffisantes pour Rome qui veut comprendre comment un diplomate pouvait se trouver dans une zone dangereuse sans une protection adaptée. « Nous attendons de l’agence un rapport approfondi sur tout élément utile au programme de la visite et aux mesures de sécurité adoptées pour protéger la délégation », a déclaré le ministre des Affaires étrangères italien. Si, selon lui, l’ambassadeur pouvait décider seul des modalités de ses déplacements dans le pays, l’organisation de ce voyage dans l’est de la RDC était de l’entière responsabilité du PAM. « La mission s’est déroulée à l’invitation des Nations unies. Donc le parcours en voiture s’est également déroulé dans le cadre de l’organisation prévue par le PAM », a assuré le ministre.

Il a souligné que le parquet de Rome avait ouvert une enquête et dépêché sur place une équipe d’enquêteurs appartenant à un corps spécial des carabiniers, le ROS.

Lire la suite sur:

https://www.lepoint.fr/afrique/mort-de-l-ambassadeur-italien-en-rdc-rome-demande-des-comptes-24-02-2021-2415398_3826.php