Quelle est la dose de radioactivité dangereuse pour la santé ?

Il faudrait, pendant une année entière, avoir un débit de dose de 114 nanosievert par heure (nSv/h) pour atteindre la limite d’exposition du public qui est de 1 millisievert par an (mSv/an) en dehors des expositions médicales et naturelles. A partir de 10 mSv, on préconise une mise à l’abri des populations. Cette dose représente 3 fois la dose annuelle reçue par la population française.

Au-delà de 50 mSv, l’évacuation est recommandée. Cela représente 15 fois la dose reçue par an par la population française.

Pour la population, on parle de fortes doses au-delà de 100 mSv, c’est-à-dire 30 fois la dose reçue par an par la population française. Pour les travailleurs du nucléaire, la limite réglementaire d’exposition est en France de 20 mSv/an.

Une exposition à une dose de 100 mSv/an peut être autorisée pour des interventions techniques d’urgence et de 300 mSv/an pour une intervention de secours à victimes. Pour un niveau inférieur à 100 mSv, aucun effet à long terme sur la santé n’a été démontré. Au-delà de 100 mSv, des effets à long terme des rayonnements ionisants ont été démontrés par des études épidémiologiques (étude des populations d’Hiroshima et de Nagasaki).

1000 mSv est une dose très élevée qui correspond à 1 Gray. Ce niveau d’exposition à la radioactivité a un effet direct sur la santé et implique un risque pour la vie de la personne exposée dans les semaines et les mois qui suivent. A partir de ce niveau de dose, les rayonnements ionisants commencent à détruire la moelle osseuse. Ils atteignent les cellules souches et entrainent une diminution des plaquettes sanguines et des globules blancs.


Pourquoi prendre de l’iodure de potassium ?

IODURE DE POTASSIUM Pharmacie Centrale des Armées 65 mg, comprimé sécable est indiqué pour prévenir l’accumulation d’iode radioactif dans la thyroïde, dans le cas d’une possible contamination par des radioéléments émis accidentellement par une installation nucléaire.

Pourquoi prendre de l’iode en cas de radiation ?

En cas d’accident nucléaire, la prise de comprimés d’iode stable protège la thyroïde de l’iode radioactif qui pourrait être rejeté dans l’environnement. La thyroïde va absorber l’iode stable jusqu’à saturation, et ne pourra donc plus assimiler l’iode radioactif qui serait éventuellement respiré ou ingéré.

Quand prendre de l’iodure de potassium ? :
Il faut prendre le KI si possible avant l’exposition à l’iode radioactif lors d’une urgence nucléaire. Le délai optimal est de deux à six heures avant l’exposition.

Comment prendre iodure de potassium ?
Mode d’emploi et posologie du médicament IODURE DE POTASSIUM

Le comprimé doit être pris dès l’alerte donnée, dissous dans une boisson (eau, lait ou jus de fruits).

Quand Faut-il prendre des pastilles d’iode ?

“Il faut prendre l’iode deux heures avant, idéalement deux heures avant l’exposition à l’iode 131 et jusqu’à vingt-quatre heures après maximum.

Où trouver des capsules d’iode ?

On peut se procurer des comprimés d’iode dans n’importe quelle pharmacie.

https://www.interieur.gouv.fr/Le-ministere/Securite-civile/Nos-missions/La-protection-des-personnes-des-biens-et-de-l-environnement/Campagne-de-distribution-d-iode

En cas d’alerte nucléaire, adoptez les bons réflexes :

Pour rappel, les réflexes en cas d’alerte nucléaire sont :

  • Mettez-vous rapidement à l’abri dans un bâtiment en dur
  • Tenez-vous informé via les médias et les réseaux sociaux
  • N’allez pas chercher vos enfants à l’école
  • Limitez vos communications téléphoniques
  • Prenez les comprimés d’iode stable sur instruction du préfet et selon la posologie
  • Préparez-vous à une éventuelle évacuation

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site Risques du Gouvernement : https://www.gouvernement.fr/risques/accident-nucleaire