Dossier : Les lettres de dernier recours sont des commandes post-apocalyptiques pour les sous-équipages britanniques de Vanguard

Posted On 21 Juil 2021
Comment: Off

Le Premier ministre écrit des ordres manuscrits aux capitaines de sous-marins lance-missiles de la Royal Navy expliquant ce qu’il faut faire à la suite d’une attaque nucléaire sournoise qui anéantit le gouvernement du Royaume-Uni.

idée que l’ensemble de l’appareil de commandement et de contrôle du Royaume-Uni, et même le pays dans son ensemble, pourraient être effacés de la surface de la terre dans un seul barrage nucléaire est effrayante. Pourtant, c’est cette possibilité qui a suscité une tradition sombre et qui donne à réfléchir parmi les premiers ministres après l’avènement de la dissuasion nucléaire de « seconde frappe » du Royaume-Uni  leurs sous-marins nucléaires lanceurs d’engins. 

Dès qu’un nouveau Premier ministre prend ses fonctions, ils reçoivent des informations hautement confidentielles concernant les capacités nucléaires du pays, en particulier sur la destruction massive qu’un seul sous-  marin nucléaire de classe Vanguard et ses 16 missiles Trident II D5 peuvent véhiculer. Ils entendent également parler des quantités immenses de morts que les adversaires armés nucléaires potentiels du Royaume-Uni peuvent infliger à tout moment. 

Par la suite, et en collaboration avec son principal conseiller militaire , le Premier ministre rédige quatre lettres identiques de sa propre main décrivant les instructions à suivre en cas d’échange nucléaire et le gouvernement britannique, y compris le Premier ministre et une deuxième personne désignée, a été tué ou frappé d’incapacité. Dans les pires circonstances, la lettre de dernier recours serait le dernier acte du gouvernement de Sa Majesté. 

Une fois les lettres écrites, elles sont transférées aux quatre sous-marins nucléaires lanceurs d’engins de classe Vanguard qui constituent la dissuasion nucléaire du Royaume-Uni. À bord, ils sont stockés dans des coffres-forts à double emboîtement et y resteront jusqu’à ce que le Premier ministre décide de modifier les ordres ou que leur règne se termine. Après quoi, ils seront détruits dans un état scellé afin que personne ne sache quels étaient les ordres.

Pendant le temps qui suit une attaque perçue, une série de vérifications progressives sont effectuées par les équipages des sous-marins jusqu’à ce que le capitaine ouvre la lettre. Il s’agit notamment d’essayer d’écouter les transmissions radio de différents niveaux de commandement de la Royal Navy et du ministère de la Défense en utilisant plusieurs méthodes, et le plus célèbre de tous, l’écoute de nouvelles émissions de radio par la chaîne BBC Radio quatre, et en particulier de nouveaux épisodes de BBC Today. Si tout le reste échoue, après une certaine période de temps prédéterminée, censée être une question de quelques jours, le capitaine du sous-marin de classe Vanguard s’efforcera d’extraire la lettre et d’exécuter ses instructions aveugles. 

Daniel Martyn Commandant du HMS Vigilant à côté d’un coffre-fort contenant les instructions de dernier recours du Premier ministre, à bord du sous-marin de classe Vanguard HMS Vigilant (photo AP) :

Il existe une poignée d’instructions connues parmi lesquelles le Premier ministre peut choisir lors de la rédaction de ses lettres de dernier recours, et une combinaison d’entre elles peut également être indiquée. Ces commandes incluent des représailles, ne pas exercer de représailles, utilisez votre propre jugement, placez-vous sous le commandement de l’US Navy si elle existe toujours, ou rendez-vous au même endroit en Australie. De toute évidence, le secret entourant les lettres est essentiel, car sans connaissance de ce que sont les commandes de deuxième frappe à sécurité intégrée, la dissuasion nucléaire reste crédible. 

Si l’ordre d’un Premier ministre est de ne pas riposter, c’est peut-être parce qu’ils ont joué le jeu que si la lettre est ouverte, la dissuasion nucléaire a déjà échoué. Ainsi, faire pleuvoir plus de destruction ne fera que perdre plus de vies et réduire les chances que la Terre puisse se remettre des fortes radiations, des retombées et de l’hiver nucléaire qui pourraient s’ensuivre. 

De toute évidence, dans la plupart des situations, les commandes de lancement seraient transmises via un message d’action d’urgence, qui peut même être transmis via les capacités de communication VLF américaines. Le Premier ministre n’aurait que quelques minutes pour ordonner une frappe de représailles par les canaux établis avant que les ogives de l’ennemi n’explosent au-dessus de Londres et d’autres centres de population, ainsi que des principales installations gouvernementales et militaires autour du Royaume-Uni. Dans un article du Daily Mail , Peter Hennessy et Richard Knight ont décrit la pièce où cet ordre serait reçu et poussé vers le sous-marin de classe Vanguard en patrouille :

« Si l’ordre de tirer était donné par un gouvernement toujours en activité, il viendrait à CTF 345, un bunker connu sous le nom de« The Hole »dans les installations de Northwood à Middlesex. Là, à l’intérieur d’un périmètre de sécurité intense, un petit groupe d’officiers de marine attend cette communication improbable. Nous sommes allés au CTF 345, le premier journaliste à avoir jamais visité, pour rencontrer ces hommes. Ils sont, comme leurs collègues de Vanguard, discrètement efficaces, pragmatiques et pragmatiques.

Ils ont expliqué que le message fortement crypté arrive sur un ordinateur de l’endroit où le Premier ministre l’a émis – qui serait très probablement la salle d’urgence du gouvernement dans un bunker au fond du ministère de la Défense à Whitehall. Les agents récupèrent ensuite les codes de deux coffres-forts fixés au mur du fond de la salle des opérations. Ces coffres-forts sont surveillés en permanence, via CCTV, par les Royal Marines.

Si quelqu’un s’approche d’eux qui n’est pas dûment autorisé à le faire, les Marines prendront d’assaut la pièce avec des armes prêtes. Les officiers de la CTF 345 nous ont montré comment ils allaient, par paires, authentifier le message et, enfin, le mettre sur le système de transmission pour communication au sous-marin en patrouille, accompagné des coordonnées cryptées de la cible désignée.

Alternativement, si une frappe surprise annulait la capacité du Royaume-Uni à communiquer avec ses bateaux équipés de missiles Trident, dont l’un patrouille en permanence dans l’Atlantique, la lettre de dernier recours peut fonctionner comme une sorte de réponse automatisée à sécurité intégrée qui s’assure que la deuxième capacité de frappe est activée comme moyen de vengeance. 

Le déclencheur qui tire les SLBM D5 Trident à bord d’un SSBN de classe Vanguard. Il est composé du grip d’un Colt 45 (photo AP) :

Certains citent le système de lettre de dernier recours comme défectueux, non seulement parce qu’une personne probablement décédée dicte le sort de millions de vies sans connaître les détails exacts de la situation, mais si le commandant du sous-marin reçoit l’ordre de frapper, comment savent-ils exactement qui frapper ? Non seulement cela, mais il semble que des problèmes dans le système soient possibles, d’autant plus que la capacité d’un sous-marin déjà isolé à évaluer qui est resté en vie en Grande-Bretagne, et au sein de l’autorité de commandement gouvernementale, dans un laps de temps relativement court, est discutable. 

Les lettres de dernier recours ne sont pas déployées à bord des sous-marins nucléaires lanceurs d’armes américains, mais les États-Unis, avec leur vaste étendue continentale, leur vaste infrastructure de commandement et de contrôle et leur triade nucléaire, résistent mieux à une attaque nucléaire soudaine que le Royaume-Uni. Seul le président ou le vice-président peut ordonner la libération d’armes nucléaires, et cette décision doit être prise très rapidement une fois qu’un barrage entrant est détecté, ou l’espoir est que le président ou le vice-président puisse survivre à la frappe, ainsi que les avant-postes volants du commandement stratégique. , afin de relayer les commandes pour exécuter une frappe de représailles.

Pour plus d’informations sur ce sujet sombre mais fascinant, écoutez cette émission spéciale de la BBC « The Humon Button », cela vaut bien votre temps.

Photo:

Lire la suite sur;
https://www.thedrive.com/the-war-zone/7300/letters-of-last-resort-are-post-apocalyptic-orders-for-uk-vanguard-sub-crews

GuerresMondiales.com
La rédaction de GuerresMondiales.com n’apporte aucun jugement personnel dans les infos qui vous sont livrées. Nos publications n’affirme que des faits qui ont été notoirement diffusés sur des médias mainstream de DIFFÉRENTS pays. Dans un conflits nous publions toutes les versions des attaques, par exemple (France>Turquie & Turquie>France) Comme dans chaque conflits c’est bien connu que des informations peuvent heurter la sensibilité de certaine personnes , être contradictoire, être propagande… Nous vous livrons l’information brute sans aucun jugement personnel avec leurs source. Toutes nos publications sont sans but lucratif gérer par 100% par des bénévoles Nous vous laissons le libre pensée. et c’est essentiel même IMPORTANT de faire votre propre avis sur l’information.

ARTICLES CONNEXES