Ce site agis comme un relais d’articles de presse nationaux & internationaux de plusieurs pays

Le monde n’a pas besoin d’une “guerre froide” dans l’Arctique

Posted On 25 Mai 2021
Comment: Off
Le monde n’a pas besoin d’une “guerre froide” dans l’Arctique

Les ministres des Affaires étrangères des huit pays de l’Arctique – Canada, Danemark, Finlande, Islande, Norvège, Russie, Suède et États-Unis – se sont réunis en Islande la semaine dernière pour la réunion ministérielle du Conseil de l’Arctique.

Le conseil, qui célèbre cette année son 25e anniversaire, est le principal forum de la communauté internationale pour aborder les problèmes liés à l’Arctique. Il est strictement intergouvernemental et fonctionne grâce à la coopération et à la bonne volonté des huit États membres permanents.

Ce rassemblement était particulièrement important parce que l’Islande, qui venait d’assumer la présidence tournante du conseil, cède les rênes à la Russie. Pour l’essentiel, le Conseil de l’Arctique reste l’une des rares organisations internationales dans lesquelles la Russie et l’Occident trouvent encore des possibilités de coopération. Ceci est principalement dû à la mission du conseil. Par exemple, sa charte fondatrice de 1996, la Déclaration d’Ottawa, stipule explicitement qu’elle ne se concentrera pas sur des questions militaires ou de sécurité litigieuses.

Au lieu de cela, le Conseil de l’Arctique s’est concentré sur le développement économique, les populations autochtones vivant au-dessus du cercle polaire arctique, les réponses coordonnées aux catastrophes écologiques dans la région et le changement climatique. Puisque ce sont toutes des questions sur lesquelles la plupart peuvent facilement s’entendre, le Conseil a pu échapper à une grande partie de la division dans d’autres organisations internationales sur l’invasion de l’Ukraine par la Russie ou son soutien continu au président syrien Bashar Assad.

Cependant, alors que le rassemblement en Islande portait sur l’Arctique, tous les regards étaient également tournés vers la rencontre entre le secrétaire d’État américain Anthony Blinken et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

C’était non seulement leur première réunion, mais c’était aussi l’engagement de niveau le plus élevé entre les États-Unis et la Russie depuis que le président Joe Biden a pris ses fonctions en janvier. La rencontre a à peine touché l’Arctique. Au lieu de cela, les deux discussions qui ont mis à rude épreuve les relations américano-russes, comme l’Ukraine, la Syrie, la récente cyberattaque contre un pipeline américain et l’ingérence électorale.

Mais même avec les projecteurs sur la réunion américano-russe, la communauté internationale ne doit pas ignorer la présidence russe du Conseil de l’Arctique. Les intérêts de Moscou dans l’Arctique sont tout à fait naturels étant donné que la moitié du territoire au-dessus du cercle polaire arctique appartient à la Russie, qui y a également une longue histoire d’engagement.

Lire la suite sur:

https://www.arabnews.com/node/1862941

GuerresMondiales.com
RELAY D'ARTICLE DE PRESSE: Pour voir le ou les auteurs original du Textes, Photographies, Images, utilisé dans cette articles nous vous invitons a suivre le lien original de l'article ci dessus ↑ Pres de 'Lire la suite' En savoir plus sur: guerresmondiales.com/source

ARTICLES CONNEXES