LA FRANCE MAL PRÉPARÉE EN CAS D’INCIDENT NUCLÉAIRE ?

Posted On 07 Mai 2021
Comment: Off

Les Français sont insuffisamment préparés en cas d’accident nucléaire, selon des acteurs locaux qui veulent associer plus largement le public aux exercices de crise ou encore favoriser la distribution des cachets d’iode.

«Dans le pays le plus nucléarisé au monde par nombre d’habitants, les moyens mis en œuvre pour protéger les Français sont inadaptés et insuffisants», a alarmé mardi l’Association nationale des comités et commissions locales d’information (ANCCLI) dans un rapport.

Celle-ci regroupe la trentaine de Commissions locales d’information (CLI) rattachées à chaque site nucléaire français.

La France compte de nombreuses implantations nucléaires: outre les 19 centrales d’EDF (y compris celle de Fessenheim, où les réacteurs ont cessé de fonctionner), il existe des sites de retraitement comme celui d’Orano à La Hague (Manche) ou encore des sites consacrés à la recherche.

Chaque implantation compte une CLI regoupant élus, associations, syndicats etc. aux côtés des représentants de l’Etat et des opérateurs comme EDF, Orano ou le CEA.

«LES RATÉS DE LA DERNIÈRE CAMPAGNE DE DISTRIBUTION D’IODE»

Première cible de ces instances: «les ratés de la dernière campagne de distribution d’iode». Cette campagne lancée en 2019 concernait 2,2 millions de riverains de centrales nucléaires et des établissements recevant du public, comme les écoles ou les entreprises.

Ils se trouvent dans un rayon de 10 à 20 km autour des centrales d’EDF, les publics plus proches ayant déjà été servis lors de campagnes précédentes. «Avec un taux d’échec de 75%, le bilan est rude. Sur les 2,2 millions de riverains ciblés, seuls 550.000 sont allés chercher leurs comprimés en pharmacie», regrette l’ANCCLI.

Ces cachets sont pourtant utiles en cas d’accident nucléaire: l’iode radioactif rejeté se fixe sur la glande thyroïde, organe essentiel à la régulation hormonale. La prise de comprimés d’iode stable, sur instruction des pouvoirs publics, permet de saturer la glande thyroïde, qui ainsi ne peut plus capter ou fixer l’iode radioactif.

Le président de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), Bernard Doroszczuk, avait déjà regretté le faible taux de retrait des comprimés. «C’était gratuit et il suffisait de se déplacer. On ne prend pas les précautions pour se protéger soi-même!», avait-t-il constaté le mois dernier lors d’une audition au Sénat. «Il existe un déficit de précaution chez la population», avait-il jugé.

«DÉVELOPPER UNE CONSCIENCE DU RISQUE NUCLÉAIRE»

Pour l’ANCCLI, il «faut sortir de l’emprise du lobbying pharmaceutique» et confier la distribution d’iode aux 1.600 maires des communes concernées.

Autre sujet d’inquiétude: les exercices de simulation de crise, dont la population est dans les faits «exclue». «En pratique, ces exercices sont réservés aux autorités et aux services de secours», regrette l’ANCCLI.

Un constat toutefois «exagéré», selon un industriel du nucléaire. «Il y a des exercices de confinement locaux et d’évacuation de populations ciblées, comme les écoles», selon cette source.

Lire la suite sur:

https://www.cnews.fr/france/2021-05-04/la-france-mal-preparee-en-cas-dincident-nucleaire-1077885

ARTICLES CONNEXES