L’ambassadeur chinois convoqué au ministère allemand des Affaires étrangères en raison des sanctions de Pékin

Posted On 23 Mar 2021
Comment: Off

L’ambassadeur chinois à Berlin Wu Ken a été convoqué au ministère allemand des Affaires étrangères en raison des sanctions de Pékin contre l’Union européenne. Il est rapporté par l’édition DW le 23 mars.

Nous parlons de l’introduction par la Chine de sanctions contre 10 parlementaires et scientifiques, ainsi que quatre organisations de l’UE. Cette mesure était une réponse à l’inscription par Bruxelles de quatre citoyens chinois et d’une organisation sur la liste des sanctions pour violation des droits de l’homme en relation avec la persécution de la «minorité musulmane ouïghoure au Xinjiang».

«S’adressant à l’ambassadeur chinois, le secrétaire d’État Berger a clarifié la position du gouvernement fédéral selon laquelle les sanctions chinoises contre les parlementaires européens, les universitaires, ainsi que les institutions politiques et les organisations non gouvernementales constituent une escalade inappropriée qui alourdit inutilement les relations entre l’UE et la Chine. Par conséquent, cette étape, qui ne se prête pas à la compréhension du point de vue de son contenu, devrait être immédiatement annulée », a déclaré la République fédérale d’Allemagne.

Le service de presse du ministère allemand des Affaires étrangères a ajouté qu’à l’heure actuelle, il incombe au gouvernement chinois d’améliorer la situation des droits de l’homme au Xinjiang et de respecter les droits des Ouïghours et des autres minorités.

La veille, outre l’UE, des sanctions contre des responsables chinois pour violations des droits de l’homme au Xinjiang ont également été imposées par les États-Unis , la Grande-Bretagne et le Canada . Ceux qui ont été pris sous les sanctions ont été interdits d’entrer dans les pays de la communauté et leurs comptes bancaires, s’ils sont trouvés, y seront gelés.

La persécution des Ouïghours de souche en Chine en 2018 a été annoncée par le Comité des Nations Unies pour l’élimination de la discrimination raciale. Selon les experts, les autorités de la RPC ont organisé des «camps de rééducation» pour les Ouïghours, qui sont des adhérents de la branche sunnite de l’islam.

Les autorités de la RPC ont démenti ces informations, affirmant que le problème du Xinjiang concernait les questions de violence, de terrorisme et de séparatisme.

Lire la suite sur:

https://iz.ru/1141223/2021-03-23/posla-knr-vyzvali-v-mid-germanii-iz-za-sanktcii-pekina

ARTICLES CONNEXES