Quel avenir pour la mémoire de la Seconde Guerre mondiale ?

Posted On 01 Mar 2021
Comment: Off

À Hagondange, Ascomémo prépare son déménagement. Au fort de Queuleu, la casemate A s’apprête à vivre une année de travaux de sauvegarde. Mais au-delà, se pose la question de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale. Le bénévolat apporte une dynamique, mais se heurte à ses limites.

Bonnes nouvelles à Hagondange et Metz. La mémoire de la Seconde Guerre mondiale est prête à prendre une nouvelle dimension. À Hagondange, après trente ans dans les murs de la Ballastière, Ascomémo* s’apprête à déménager dans un ancien entrepôt , rue des Artisans. Un lieu plus grand et surtout plus accessible aux visiteurs. En juin, le public devrait pouvoir y être accepté (sous réserve de conditions sanitaires). C’est un signe de reconnaissance pour le travail effectué et une nécessité : la Ballastière devient trop petite. Et c’est doublé d’un coup de pouce de la municipalité sortante de 250 000 €.

À Metz, l’association du fort de Queuleu a vu cette semaine arriver les engins de chantiers. C’est l’étape « travaux » du programme de sauvegarde, décidé en 2016, cofinancé par l’État, le Département, la Région et Metz, et piloté par Metz-Métropole. Un chantier à 1M€ pour sauvegarder l’étanchéité de la casemate A.

Lire la suite sur:

https://www.republicain-lorrain.fr/defense-guerre-conflit/2021/02/28/quel-avenir-pour-la-memoire-de-la-seconde-guerre-mondiale