L’Iran et la Russie lancent un exercice naval dans l’océan Indien

L’Iran et la Russie se sont lancés dans un exercice naval conjoint dans la partie nord de l’océan Indien qui, selon eux, a été conçu pour “renforcer la sécurité” du commerce maritime dans la région, ont rapporté les médias d’Etat iraniens.

La télévision d’État a déclaré le 16 février que l’exercice baptisé ceinture de sécurité maritime couvrirait une superficie d’environ 17000 kilomètres carrés et inclurait des unités de la marine iranienne, de la marine du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) et de la marine russe.

Le contre-amiral iranien Gholamreza Tahani a déclaré que son objectif était de “renforcer la sécurité du commerce maritime international, de lutter contre la piraterie maritime et le terrorisme et d’échanger des informations”.

La marine indienne se joindra également à l’exercice, dans un message de “paix et d’amitié pour les pays voisins et régionaux”, a déclaré Tahani.

L’agence de presse iranienne IRNA a rapporté que l’exercice devait durer trois jours.

Il s’agit du deuxième exercice naval conjoint russo-iranien depuis décembre 2019, lorsque les deux pays plus la Chine ont organisé un exercice dans l’océan Indien et le golfe d’Oman.

L’Iran et la Chine ont également participé à des exercices militaires organisés en Russie en septembre 2020.

Téhéran a cherché à intensifier la coopération militaire avec Pékin et Moscou au milieu des tensions avec les États-Unis.

L’Iran a également intensifié ses exercices militaires ces dernières semaines alors que les tensions montaient au cours des derniers jours de l’administration du président américain Donald Trump.

Téhéran essaie maintenant de faire pression sur la nouvelle administration du président américain Joe Biden pour qu’elle revienne un accord nucléaire de 2015 entre l’Iran et les puissances mondiales.

La semaine dernière, le CGRI a mené un exercice des forces terrestres dans le sud-ouest de l’Iran, près de la frontière irakienne.
Trump a retiré les États-Unis du pacte nucléaire en 2018 et a réimposé des sanctions écrasantes contre l’Iran.

En réponse aux mesures américaines, qui se sont accompagnées d’une augmentation des tensions entre l’Iran, les États-Unis et ses alliés, Téhéran a progressivement violé certaines parties du pacte en disant qu’il n’était plus lié par celui-ci.

L’administration Biden a exprimé sa volonté de revenir au respect de l’accord si l’Iran le fait, puis de travailler avec les alliés et partenaires américains sur un accord “plus long et plus fort”, y compris d’autres questions telles que le programme de missiles de l’Iran et son soutien aux forces régionales par procuration.

Les responsables iraniens insistent sur le fait que les États-Unis devraient faire le premier pas en revenant à l’accord, qui a assoupli les sanctions internationales en échange de restrictions sur le programme nucléaire contesté de Téhéran.

Ils disent également que le programme de missiles du pays et les politiques régionales sont hors de propos.


Lire la suite sur:

https://www.voanews.com/middle-east/iran-russia-start-naval-drill-indian-ocean