En Birmanie, une répression militaire à grande échelle s’organise

Des véhicules blindés patrouillaient lundi dans Rangoun et plusieurs d’entre eux ont pris position à certains carrefours stratégiques de la ville.
Après le relatif laisser-faire des derniers jours, alors que des dizaines de milliers de Birmans sont encore descendus dans les rues des grandes villes, dimanche 14 février, le régime militaire est en train d’organiser une répression à grande échelle du mouvement de désobéissance civile qui menace de paralyser le pays.


Au terme de neuf jours de manifestations ininterrompues, le Conseil d’administration de l’Etat – nom de la nouvelle instance de pouvoir mise en place au lendemain du putsch du 1er février –, a commencé à déployer l’arsenal de son appareil répressif : des véhicules blindés patrouillaient lundi dans Rangoun et plusieurs d’entre eux ont pris position à certains carrefours stratégiques de la ville.


Le même jour, Aung San Suu Kyi, assignée à résidence depuis le coup d’Etat, devait savoir si son internement allait se poursuivre : accusée d’importations illégales de talkies-walkies, trouvés chez elle, elle risque deux ans de prison. Son avocat a annoncé lundi matin qu’elle serait maintenue en détention jusqu’à mercredi à la suite du report de l’audience.
« D’après le juge de district, la détention provisoire est jusqu’au 17 [février] et non pas aujourd’hui », a déclaré l’avocat d’Aung San Suu Kyi, Khin Maung Zaw, selon l’agence Reuters. S’exprimant depuis la capitale Naypyidaw, il a indiqué qu’il cherchait toujours à pouvoir se rendre auprès de sa cliente, ajoutant que l’audience se déroulerait par visioconférence.
Jusqu’à présent, la police, qui s’occupait du maintien de l’ordre, était chargée de contenir les manifestations. Mais il semble aujourd’hui que les militaires s’apprêtent à s’engager plus directement dans les opérations de contrôle et de répression d’un mouvement devenu l’insurrection pacifique la plus impressionnante de l’histoire du « Myanmar » – nom officiel de la Birmanie.


Lire la suite sur:

https://www.lemonde.fr/international/article/2021/02/15/en-birmanie-une-repression-militaire-a-grande-echelle-s-organise_6069973_3210.html

Related Posts