Défense aérienne: les Saoudiens soumis à une forte attaque

Posted On 10 Mai 2021
By :
Comment: Off

‘Arabie saoudite a un problème croissant avec les drones iraniens (véhicules aériens sans pilote) utilisés comme missiles de croisière. Depuis plusieurs années, l’Iran fait passer en contrebande des composants d’UAV vers le nord du Yémen où les rebelles chiites tentent de s’emparer de tout le pays depuis 2014. Cette offensive a été contrecarrée en 2015 par l’intervention d’une coalition arabe qui a stoppé et repoussé les rebelles. Malheureusement pour les Saoudiens, la province d’origine des rebelles chiites se trouve au nord-ouest du Yémen, le long de la frontière saoudienne. Cette frontière a une longueur de 1 800 kilomètres, bien qu’une centaine de kilomètres seulement soit contrôlée par les rebelles chiites. Même avant la guerre civile, les Saoudiens ont subi des raids transfrontaliers de la part des chiites yéménites. Ces attaques ont augmenté après 2015, avec l’ajout de roquettes et de missiles iraniens. En 2017, des drones et des missiles de croisière iraniens étaient utilisés contre des cibles économiques et militaires saoudiennes plus éloignées de la frontière. Les Saoudiens étaient préparés pour les missiles balistiques et les roquettes à longue portée et ont utilisé leurs systèmes Patriot AMD (défense antimissile) pour arrêter les roquettes et les missiles se dirigeant vers une zone peuplée ou une cible économique ou militaire. Les drones iraniens et les petits missiles de croisière étaient plus difficiles à détecter et à abattre. Les Saoudiens ont adopté des tactiques israéliennes plus anciennes contre les drones, qui transportaient des explosifs dans une mission à sens unique utilisant le GPS pour les guider le long d’un parcours programmé vers une cible spécifique. Ces missiles de croisière improvisés étaient plus petits, plus lents et volaient plus bas que les missiles de croisière américains d’origine qui utilisaient un petit moteur à réaction et, avant que le GPS ne devienne disponible dans les années 1990, des systèmes de guidage moins précis mais efficaces. Les missiles UAV / de croisière iraniens coûtent un dixième de ce que font les missiles de croisière conventionnels et sont plus faciles à introduire en contrebande au Yémen et à assembler localement pour une seule mission à sens unique. Ces drones étaient plus sujets à l’échec et certains ont été trouvés des deux côtés de la frontière après leur crash. Mais la plupart d’entre eux ont travaillé et les Saoudiens se sont tournés vers leurs conseillers américains pour trouver des idées. Les radars capables de détecter les drones bas / lents étaient plus faciles et moins coûteux à obtenir que les méthodes pour les détruire. Les Saoudiens ont apparemment utilisé des missiles air-air tirés par leurs chasseurs à réaction F-15. C’est ce que les Israéliens ont utilisé au début. Il y a une vidéo en circulation montrant un F-15 saoudien qui passe après qu’un missile a détruit un UAV. Le missile était apparemment un AMRAMM guidé par radar. Ceux-ci coûtent un million de dollars chacun et les Israéliens ont rapidement découvert que leurs avions pouvaient utiliser des missiles de recherche de chaleur moins chers (moins de la moitié du coût de l’AMRAAM) ainsi que des tirs de canons automatiques. Utiliser le canon automatique embarqué sur des jets modernes signifiait se rapprocher (quelques kilomètres) de la cible et risquer la plupart des obus explosifs de 20 mm (que de ne pas toucher la cible) blesser quelqu’un au sol. Les systèmes de contrôle de tir modernes rendent l’utilisation des canons d’avion pratique pour les situations, à condition que vous tiriez en direction du territoire ennemi …

Lire la suite sur:

https://www.strategypage.com/htmw/htada/articles/20210509.aspx#foo

ARTICLES CONNEXES